on stage
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Lun 5 Nov - 3:58

Anna Ferderson parcourait des yeux le texte d’Hamlet. Le metteur en scène, Jacob Clayton, leur avait annoncé la distribution des rôles de la pièce de Shakespeare et la jeune femme devrait interpréter la reine du Danemark, Gertrude, la mère d’Hamlet. Même si le prénom du personnage était ridicule, Anna était ravie bien qu’un peu inquiète. L’idée de jouer le rôle d’une mère, alors que la sienne avait été inexistante dans sa vie, la rendait anxieuse. Mais après tout, elle était une excellente actrice, et c’était le propre des acteurs de se mettre dans la peau de personnes qu’ils n’étaient pas.

La reine s’était mariée avec son beau-frère Claudius, interprété lui par le bel Alexander, qui avait tué son premier mari, le père d’Hamlet. Anna s’imaginait mal en femme fatale, souveraine impérieuse, dominée par les passions, mais elle avait joué bien pire. Elle s’imagina sur scène prononcer ses premiers mots de la pièce « Bon Hamlet, dépouille ces couleurs nocturnes, et jette au roi de Danemark un regard ami ». Elle leva le menton, se redressant sur son siège, laissant voir la courbe délicate de sa nuque, et murmura : Bon Hamlet, dépouille ces couleurs nocturnes, et jette au roi de Danemark un regard ami. Plusieurs fois, elle recommença, modulant sa voix, du chuchotement suppliant, au cri impérieux, tentant de trouver le ton exact de Gertrude, tentant de discerner son véritable état d’esprit.

Emportée dans sa lancée, elle continua la scène, s’interrompant pour laisser parler dans son esprit les voix du roi, d’Hamlet, se positionnant mentalement dans les coins de la scène, imaginant avec plaisir les gestes et les mimiques de ses camarades. Mais bientôt, elle se rembrunit en lisant avidement le monologue du jeune homme. Il disait détester sa mère. Ses pensées s’envolèrent vers sa propre mère. La détestait-elle ? Oui, sans doute, ce serait normal. Elle ne s’était jamais occupée d’elle, était alcoolique, et avait même tentée de se suicider avec sa fille. Mais au fond, elle ne savait pas. Les sentiments qu’elle éprouvait étaient si confus...

Elle se replongea dans la pièce. C’était là son plaisir le plus grand. Avec le théâtre, elle oubliait tous ses problèmes familiaux, d’argent, sentimentaux. Elle n’était plus que Gertrude, la mère incestueuse d’Hamlet. Elle était tellement submergée dans sa lecture qu’elle n’entendit pas quelqu’un s’approcher d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Mar 6 Nov - 21:31

Des applaudissements retentirent dans tout le théâtre qui paraissait pourtant vide. ON avait beau scruté tout les siège rien à l'horizon. Mais déjà des bruits de pas se firent entendre, descendant des gradin du haut. Le metteur en scène déjà là depuis pas mal de temps avait entendu une douce voix résonnée et s'était installé sans l'ignorance totale de la jolie jeune femme qui répétait son texte. Ne voulant point l'interrompre, il ne pouvait tout de même se résigné à être oublié et ignoré, c'est pourquoi il avait commencé à songé à la façon de faire son entrée. Il avait longuement hésité à sauter tout de suite des balcons mais c'était dit qu'il finirait à l'hopital dans ce cas, c'est pourquoi il avait opté pour une arrivée simple mais théâtrale, et lorsque ses applaudissements s'étaient tut, on entendait ses pas arriver de plus en plus près, maintenant visible aux beaux yeux bleus de la jeune Anna.
Ses cheveux, noué en queue de cheval, comme à son habitude, ses vêtement de la mode précédente mais qui lui allait si bien, ses lunettes de soleil rétro et démodée mais qui parfaisait son look, mais surtout son air, éternellement supérieur et amusé, Jake était bien là, s'approchant de Anna Ferderson en souriant.

"Bravo ma chère, je ne peux que t'acclamer devant un monologue si bien réussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Mer 7 Nov - 19:26

Anna Ferderson sursauta violemment en entendant soudain des applaudissements venus de nul part. Elle était tellement plongée dans son texte et son interprétation de la pièce qu’elle n’avait même pas pensé une seconde que quelqu’un aurait pu l’observer et la surprendre. Qui avait bien pu lui faire une telle frayeur ? Un peu vexée, elle se tourna pour regarder descendre l’individu et pour lui demander sèchement de la laisser seule. Mais ce n’était pas n’importe qui, qui souriait en dévalant les escaliers. Jacob Clayton ?! Cela faisait désormais bien longtemps qu’elle était tombée amoureuse de son metteur en scène, que tout le monde surnommait Jake. Son assurance, son sourire à tomber, et son talent certain pour diriger des comédiens avaient séduit la jeune femme. Dans d’autres circonstances, elle lui aurait sans doute déjà avoué que son cœur battait pour lui, mais il y avait un énorme obstacle : la différence d’âge. En effet, Jake avait près de quinze ans de plus qu’elle, et Anna avait peur qu’il ne la prenne que pour une gamine sortant à peine de l’adolescence.

De nouveau, l’homme si près d’elle la troublait infiniment. Elle faisait bien des efforts dans la vie quotidienne au théâtre pour cacher son attirance, mais elle n’était pas dupe, et savait bien que ses meilleures amies Elena et Melody avaient déjà soupçonné quelque chose. Par peur de leur jugement, Anna les détrompait, se taisait. C’était bien misère pour une excellente actrice comme elle de ne pas arriver à cacher ses peines de cœurs ! Rougissante, elle détourna son visage de Jake, et rétorqua, peut-être un peu trop froidement :


- Si le metteur en scène nous acclame avant même le début des répétitions, on peut dire que la pièce sera un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Mer 7 Nov - 23:40

Jacob Clayton aimait beaucoup être le chouchou des dames, il aimait passé de bon moment en leur compagnie si agréable. Et cela était souvent le cas d'ailleurs. Véritable Don Juan, Jake était de nature très sociale et extraverti. Il n'était jamais troublé, même en présence d'un femme qui l'attirait beaucoup. Aussi, il voyait souvent clair dans le jeu de ses interlocteur, très persplicasse il devinait pas mal de chose.
Mais il faut croire que Anna était meilleure actrice qu'elle ne le prétendait, car en se qui la concernait, Jake ne savait rien des sentiments précis de la jeune femme à son égart. Il croyait surment qu'elle l'aimait beaucoup, mais pas autant que c'était le cas. Tout de même pas aveugle non plus, il savait qu'il yavait quelque chose de spécial entre lui et elle, mais il n'arrivait pas à pointé le doigt dessus. Aah, mais vous savez, c'est toujours plus compliqué lorsque cela vous concerne. Quand il s'agit de deux personnes extérieur c'est différent, on voit l'évidence tout de suite, mais lorsque cela tombe sur vous, c'est nettement moins facile, et l'évidence est.. beaucoup moins évidente !
C'est pourquoi, lorsqu'il s'approcha, plutôt près de cette chère Anna Ferderson, il ne se doutait pas que cela pouvait la troublé. D'un bon il rejoignit la scène pour se poster, devant elle, la fixant de son regard chocolat. Il l'écouta avec la plus grande attention du monde, souriant de son sourire si énervant et attachant que c'était cruel ! Aah celui là, elles pouvaient bien l'aimé ce Jacob, il était plutôt attachant et on ne pouvait pas dire qu'il était laid, mais il fallait prendre garde à sa beauté, à son exquise supériorité. Incappable d'être responsable celui là !

"Et bien je suppose que c'est déjà un bon point."

Caressant un instant la joue d'Anna, avant de lui donné une petite tape amicale il continua sur sa lancé :

"Mais le spectacle sera surtout réussi grace à des actrices comme toi dont le talent n'a d'égale que le charme !"

Ooh que non ce n'était pas une belle déclaration qu'il venait de faire, c'était ce genre de compliment qu'il faisait en faite à pas mal de monde, bien que dans le cas présent incroyablement vrai, le metteur en scène était comme ça tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Sam 24 Nov - 2:22

Jake Clayton, même s’il ignorait visiblement les sentiments qu’Anna avait à son égard, semblait prendre un malin plaisir à briser son cœur. En effet, quand elle reçut la tape de la part de son metteur en scène, qu’elle imaginait amicale ou même paternelle, elle rougit dangereusement, et la déception l’envahit. Elle n’imaginait pas que Jake, par un quelconque hasard, s’était aperçu que la jeune fille lui plaisait, mais avoir des preuves qu’il ne lui portait qu’une affection d’un père la décevait profondément. Evidemment, si Anna avait été quelqu’un de plus extraverti, l’aveu de son amour aurait déjà depuis longtemps franchi ses lèvres. Mais elle n’était pas comme son amie Melody, et elle préférait garder ses secrets, ne voulant pas connaître la désillusion du sentiment non partagé. Elle songea avec amertume aux relations de sa meilleure amie Elena et Phoenix. Eux, au moins, n’avaient pas la barrière infranchissable de l’âge. Décidemment, les amours paraissaient bien plus simples quand elles concernaient les autres. Anna ignorait qu’elle venait de penser exactement la même chose que Jake à quelques minutes près.

- Mon charme ? Le seul que j’aimerais charmer ne me regarde que comme une gamine.

Anna faillit mettre sa main devant la bouche, horrifiée. Qu’est-ce qui lui avait pris de dire cela ? Elle n’en avait pas eu l’intention, ses paroles avaient dépassées sa pensée. D’autant plus que cela n’avait rien à voir avec ce que disait le metteur en scène précédemment.

- Enfin, je veux dire... Hum... En attendant la représentation, il va falloir répéter afin que le charme ne devienne pas notre seul talent, à Elena, Melody et moi.

Anna ne savait pas ce que pensait Jake de cette justification, et pour éviter d’avoir à croiser son regard, fit mine de se replonger dans son texte d’Hamlet, trouvant de plus en plus que la reine Gertrude ne lui ressemblait pas. Qu’aurait-elle fait dans cette situation ? Elle n’aurait sans doute pas gaffé, une chose est sûre... La jeune fille attendit patiemment la réaction de son interlocuteur le cœur battant, espérant qu’il ne s’était rendu compte de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Sam 24 Nov - 14:55

"Mon charme ? Le seul que j’aimerais charmer ne me regarde que comme une gamine."

Jacob Clayton n'était sans doute pas très clairvoyant dans cette histoire, car il ne se douta une seule seconde que cet homme qui regardait sa chère Anna comme un gamine n'était autre que lui même. Il ne se doutait une seconde que la jolie actrice aimerait le charmer plus que tout. Il ne voyait pas la déception de sa petite chouchoute suite à cette petite tape amical, qui avait certes des allures paternelles.

En réalité, Jake n'avait jamais vraiment fait le calcul et ne s'était jusque là pas du toute préoccuper d'une quelqu'onque différence d'âge entre lui et ses rois de la scène. Il était seulement content d'être plus vieux qu'eux, par conséquent plus expérimenter qui plus est avec son expérience de la scène, il savait que cela était un bon point pour son autorité. Mais, suite aux paroles de Anna Ferderson, il commença à calculer machinalement la différence entre eux deux, qui était de seize ans. C'était étrange car il ne se sentait pas vraiment aussi loin d'elle que l'âge le disait, creusant effectivement un fossé entre les deux personnages.
Mais même si effectivement Jake aurait pu être le jeune père de cette charmante demoiselle, il était d'abord bien content de ne pas l'être ne s'imaginant pas du tout père un jour, mais surtout ce fossé qui parraissait à première vu infranchissable, ne l'était pour Jacob pas vraiment.

De toute manière, il ne s'était jamais de la vie imaginé une relation avec Anna Ferderson, ni avec personne d'autre de la troupe A. Il ne comptait pas vraiment se l'imaginer un jour et la vision qu'il sorte avec une de ses actrices ne l'avait jamais traverssé l'esprit. Peut-être, inconciemment à cause de cette différence existencielle entre les deux mondes. Jake s'était souvent entiché de femme plus âgées d'ailleurs, enfin entiché était déjà un bien grand mot, il n'avait jamais réellement aimé hormis une ou deux fois parmis toutes ses conquètes. Et, après mures réflexion, il trouva une réponse à la question qu'il se posait, soit pourquoi il ne s'était jamais imaginé avec une des filles de la troupe, tout simplement parce qu'il ne s'était jamais imaginé que cela était possible, toute ses jolies filles n'était pas comme lui, volage et sans attaches, elles, elles cherchaient le grand amour comme on le cherche tous à vingt ans, pas comme lui.

Soudain il seccoua la tête, se posant une autre question, pourquoi donc était-il entrain de penser à cela, alors que Anna avait simplement dit qu'elle aimerait séduire un homme qui la prennait comme une gamine ? Cela avait-il un rapport entre eux deux ? Non, enfin pour l'esprit peu clairvoyant de Jake à ce moment là, cela n'avait surement pas un seul tout petit rapport avec lui..
Il leva un sourcils soudain intéresser, observant Anna le sourire aux lèvres, il s'assit sur le bord de la scène, faisant signe à Anna de le rejoindre. De sa voix mélodieuse il déclara alors, plongeant son regard chocolat dans celui bleu océan de son chouchoute de la troupe :

"A vraiment ? Alors Anna Ferderson n'est pas insensible à l'amour ! Qui l'aurait crut ? C'est surement la première fois que tu me parles de cela ! Qui pourrait donc te regarder comme un gamine ma chère ? Tu n'as rien d'une enfant depuis nombres d'années."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Dim 9 Déc - 4:15

Mince ! Comme il fallait s’en douter, Jake n’avait pas été dupe de la pseudo justification de sa jeune comédienne. Ses yeux noisette pétillants (d’excitation ?), soudain intéressé, il lui commanda de le rejoindre sur le bord de la scène. Les jambes flageolantes, passant brusquement du rouge tomate à la pâleur qui la caractérisait, Anna obéit. Elle déposa son texte sur les planches, et s’assit sur le bord. Le bois ancien grinça. Ce bruit familier rassura quelque peu la jeune fille. C’était son élément. Son premier amour. Oui, son cœur était partagé entre le théâtre et son metteur en scène. Pas question de lui avouer évidemment. Elle était loin de se douter que Jake ne voyait guère sa petite protégée comme une enfant, mais peut-être comme une adulte responsable. Elle ne pensait pas qu’à un seul instant l’homme avait réfléchit à leur différence d’âge et l’avait trouvée peu importante. Pauvre Anna ! Torturée entre son amour et le désir de le cacher...

Anna avait déjà aimé. Juste des garçons de son âge, un peu idiots, qui ne tenaient guère à elle. L’un d’eux était d’une jalousie incroyable et ne supportait pas qu’elle parle à d’autres que lui. « Qui regardes-tu ? » lui demandait-il en permanence, « qui c’était le garçon là-bas ? Celui qui t’a donné quelque chose ? C’était quoi d’ailleurs ? ». Excédée qu’il soupçonnât même un gentil seconde qui lui rendait son cahier oublié en salle de cours, Anna avait fini par rompre. De toute façon ce qu’elle ressentait pour Jake dépassait tout, toutes les petites amourettes sans conséquence d’adolescence. Son attachement pour cet homme était tel qu’elle ne pensait pas pouvoir un jour rêver d’un autre homme avec cette telle force, cette telle envie de se serrer dans ses bras.

Jake Clayton plongea son regard dans le sien. Les yeux d’Anna étaient brillants. Elle voulait tant se serrer tout contre lui, passer ses bras contre le corps puissant du metteur en scène, poser ses lèvres sur les siennes, l’embrasser comme elle n’avait jamais embrassé personne. Comme à son habitude, elle se réprima et se félicita intérieurement de pouvoir se contrôler. Malgré tout, lorsqu’elle ouvrit la bouche, les mots faillirent venir naturellement : « c’est toi que j’aime ». Mais son cœur avait tellement été fermé à double tour que les paroles ne sortirent pas de sa gorge. Elle hésita et contre toute attente eut un petit rire rauque.


- Tu te moques de moi. Toi, par exemple, je suis sûre que tu me prends pour une petite fille qui n’a rien compris à la vie, et qui n’a pas encore souffert.

A vrai dire, là-dessus, Anna avait été servie. Sa mère lui en avait fait voir de toutes les couleurs durant sa jeunesse, jusqu’à même vouloir la tuer avec elle. Mais cette histoire était restée secrète, et mis à part Elena et Melody qui se doutaient que quelque chose ne tournait pas rond, tout le monde pensait que la jeune femme avait vécu heureuse et aimée à Londres.

- Croyais-tu que j’étais insensible au charme masculin ? Comme tu le dis, je ne suis plus totalement une enfant. Ou du moins n’ai-je pas l’impression d’en être une.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Dim 9 Déc - 14:59

Jacob s'esclaffa aux paroles de sa chère miss Ferderson. Se moquait-il d'elle comme elle l'annonçait ? En voilà une drôle d'idée, pourquoi notre cher metteur en scène se moquerait de sa petite préféré de la troupe, inconciemment ou pas celle qui l'intéressait sans doute le plus, il plongea à nous son regard chocolat chaud dans celui d'Anna levant encore une fois son sourcils amusé, ne se doutant pas à quel point il la faisait souffrir.

Mais en fin de compte se n'était pas de sa faute si la douce Anna Ferderson était tombé sous son charme. Même si cela était incroyable. Comme cette jeune femme pouvait bien avoirs des vus sur son metteur en scène, briseur de coeur attitré, irresponsable reconnue et charmant barratineur ne cherchant pas l'amour mes les bons moments que cela apportait, tout l'inverse de cette charmante actrice.

"Mettrais-tu en doute ma parole ? Je viens de te dire que je ne te prends pas pour une gamine très chère. Et tu n'as pas rien compris à la vie, tu ne comprends pas tout encore mais tu comprends beaucoup de chose, tu as vingt ans tu n'es plus une enfant."

Insensible à l'amour ? Ou Jake y croyais vraiment, n'ayant jamais eu vent des histoires de coeur de sa chère Anna. Contrairement aux autres membres de la troupe dont il avait été spectateur de leurs états d'âmes, de leur chagrin d'amour allant parfois jusqu'a les éclairer ou les conseiller sur certaines choses.

Jake eu une illumination, il savait maintenant pourquoi il ne s'était jamais imaginé avec les jeunes filles de la troupe. Parce qu'il avait toujours crut être le grand frère. Il croyait, ou savait que pour les beaux yeux de ces actrices il n'était qu'un grand frère. Et il avait accepté ce titre sans broncher, s'en réjouissant parfois, mais il ne s'était jamais imaginé autre chose que cela.

"Oui, contrairement à tes compagnons de scène je n'ai jamais su pour qui ton coeur battais ma chère. Mais je me permets de précisé que tu n'as pas répondu à ma question, qui est cette homme qui ne te vois comme une gamine et dont tu ne rêve que de charmer un beau jour ? HUmm ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Dim 16 Déc - 4:23

Hum, impossible de lui ôter cette idée de la tête ! Anna ne voyait pas comment elle allait s’en dépatouiller maintenant pour cacher ses sentiments. Jake, faisant preuve d’une curiosité qu’elle maudissait en cet instant, mourait d’envie de savoir le nom de l’amour de sa comédienne. Pourquoi ? Voulait-il la taquiner avec ça plus tard ? Voire se moquer d’elle ? Anna préférait penser, sachant qu’il avait un cœur d’or, qu’il s’intéressait tout simplement à elle. Encore qu’insister ainsi... Il ne s’attendait visiblement pas au nom qu’elle ne voulait pas lui avouer.

Certes, comme toutes les jeunes filles de son âge, Anna Ferderson cherchait le grand amour, comme dans les pièces de théâtre, où malgré toutes les difficultés, les deux amants finissaient par se marier. Le promis se battait contre les préjugés et la désapprobation des parents pour épouser sa belle. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants... Reste d’un fantasme enfantin sans doute. En réalité, on ne choisit pas notre amour. Et on avait choisit pour elle Jacob Clayton, de seize ans son aîné, cultivant le mystère, et son opposé total. Elle avait plutôt l’impression de jouer un remake d’une tragédie. Hélas, la passion n’en était que plus forte.

Anna se mordit la lèvre, essayant de paraître dégagée et reprit son texte qui traînait sur la scène. Elle cherchait désespérément une répartie qui tienne la route, mais n’en trouva pas. Elle était dans un tel état second qu’elle ne songea même pas à lui mentir. Mais pouvait-elle tout lui dire ? Allait-il lui dire « non » tout simplement, un non qui allait tout briser, un non qui allait la dévaster ? En même temps, elle n’osait pas caresser l’espoir qui lui réponde « oui », « oui je veux poser mes lèvres sur les tiennes, te serrer dans mes bras, te caresser, c’est toi que j’aime ». Il ne devait la voir que comme une comédienne, peut-être juste une artiste, une protégée, et n’avait jamais pensé à elle comme une prétendante officielle. Malgré tout...

Elle prit son courage à deux mains, se tourna vers lui et soutint son regard chocolat sans hésiter. Elle se grandit, se rapprocha de quelques millimètres du metteur en scène pour lui chuchoter, sans être sûre de ses mots, sans avoir préparé son discours à l’avance :


- Il y a un seul homme que j’aime, un seul pour qui mon cœur bat, auquel je ne peux pas m’empêcher de penser en permanence. Cet homme c’est toi Jake. Chaque fois que je te vois, c’est... Je t’aime, c’est tout, je n’ai pas besoin de t’expliquer. Pardonne-moi de t’avoir fait cet aveu...

Sa voix se fit plus suppliante :

-Pardonne-moi, je t’en prie. Je comprends que toi, tu ne ressens rien pour moi. Peut-être que tu es en train de te dire que je suis plus puérile que tu le disais tout à l’heure...

Incapable d’en dire plus, elle se tu. Le remord fourmillait déjà en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Dim 16 Déc - 16:54

"Il y a un seul homme que j’aime, un seul pour qui mon cœur bat, auquel je ne peux pas m’empêcher de penser en permanence. Cet homme c’est toi Jake"

Jacob écarquilla les yeux, entre ouvrit la bouche. Et BAM son portable glissa de ses mains pour venir s'écraser sur le plaquet clair du théatre. Jake resta dans cette état quelques secondes, avant de reprendre du mouvement, passer une main dans ses cheveux et descendre de la scène, pour ramasser son portable. Là, le metteur en scène, qui ne s'en était toujours pas remit, commença à faire les cent pas, en prennant bien sur soin d'éviter le regard océan d'Anna.

Comment pouvait-elle l'aimer ? Comment cette fille pouvait être tomber son sous charme ravageur ? Lui qui ne pensait qu'au coucherie d'un soir, lui qui ne prenait jamais rien au sérieux, lui qui s'amusait avec le petit coeur frèle des jolies demoiselles.. Et elle, jeune femme rêveuse, souhaitant rencontrer le grand amour.. Non non non et non ! Ce n'était pas possible, pas elle.

Anna Ferderson, son actrice fétiche, sa petite favorite de la troupe, celle qui retenait son attention, follement éprise de.. lui ! Comment était-ce possible ? Et surtout, comment Jake avait pu ne rien remarquer ? Tout prennait enfin un sens, tout était plus clair.. Ooh il avait été aveugle du début à la fin, un pauvre idiot qui ne faisait preuve d'aucune clairvoyance. Anna Ferderson, son arctrice fétiche, sa petite favorite de la troupe, celle qui retenait son attention, follement éprise de.. lui ! Rooh qu'il était bête de n'avoir rien remarqué !

Le pire, il avait durant tout ce temps continué ses bêtises, allant jusqu'à parfois ramener des conquètes au théâtre, devant les yeux frèle d'Anna, sans prendre garde à ce qu'elle pouvait ressentir. Il n'avait pas montré le moindre signe qui pourrait lui faire croire qu'il s'intéressait à elle plus qu'à une autre, il avait été stoïque devant ses milliers de signes. Quel idiot.

Et puis pourquoi était-il là, à faire les cent pas, à réfléchir comme un imbécile. Ce n'était qu'une fille, enfin une femme. Il en avait vu d'autre, il en connaissait des jolies demoiselles lui avouant leur amour passionné pour le fougeux metteur en scène, cela ne l'atteignait pas.. Mais là.. C'était.. Anna.

Et puis alors, qu'avait-elle de plus que ces autres femmes ? Rien, ce n'était qu'une parmis tant d'autre, charmante, certes, mais une conquète parmis d'autre.. Et pourtant, Jacob ne parvenait pas à ce dire cela..

Mais ils n'avaient rien en commun. Du caractère à l'âge, ils n'avaient rien. Jake et Anna.. Non non non.. C'était impossible et pourtant elle était là, à le fixe de ses grands yeux, Jacob le devinait. Il se stoppa un instant, tourna la tête pour affronter le regard de Mademoiselle Ferderson. Et déclara enfin :

"Je ne suis pas quelqu'un pour toi Anna..."

Lui, voyeur, coureur, irresponsable, charmant, insolent, égoïste.. Elle, sage, rêveuse, jeune, généreuse, fidèle.. non rien du tout en commun ! Il la trahirait, il ne pouvait pas, il la ferait trop souffrir..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Lun 31 Déc - 5:11

Anna eut un bond au cœur quand le portable de Jake glissa sur le sol. Finalement ce bruit résumait tout : il ne l’aimait pas et ne savait pas comment lui dire. Ce n’était pas le choc de l’objet tombant que l’on avait entendu, c’était le cœur de la jeune femme qui avait chuté dans sa poitrine. Mais tout d’abord, qu’avait-elle espéré ? Qu’il lui saute au cou ? Bien entendu qu’il n’avait pas envie de quoi que ce soit de ce genre... Elle s’était fait des idées, elle avait cru... Cru qu’en lui disant qu’il ne la trouvait pas gamine, qu’en fait il lui avouait que tout était possible entre eux. Tout.

Les yeux bleus de la jeune actrice se remplirent de larmes. Finalement cela l’arrangeait qu’il évite son regard, même si c’était pour réfléchir pour la manière de lui annoncer : « non désolé, t’es qu’une fille parmi les autres pour moi. T’es juste une petite actrice, pas plus jolie, pas plus douée, pas plus désirable que Elena ou Melody ». Elle lutta contre son envie de pleurer. Pas maintenant ! Non, elle n’avait pas besoin de paraître encore plus immature à ses yeux.

Elle se souvint de toutes les filles qu’il avait ramené au théâtre, de toutes les conquêtes dont il s’était vanté, des plaisanteries sur le fait qu’il n’était pas marié à son âge. S’il savait le nombre de fois où il l’avait fait souffrir au plus profond de son être. S’il avait pu endurer le gramme de son malheur quand elle l’aimait encore en secret. Elle avait tenté de se raisonner, de songer à des garçons plus accessibles, quelques gentils techniciens de son âge, qui l’auraient invité à boire un verre et avec qui elle aurait eu une gentille amourette sans conséquence. Mais Anna ne pouvait pas supporter d’être avec un autre homme que lui. Quand elle levait les yeux, elle espérait toujours apercevoir ce regard charmeur et pétillant, ce visage joyeux et ouvert, ce sourire qui faisait fondre les plus froides des jeunes femmes.

Une autre pensée vint se ficher en elle. Et si... S’il était déjà amoureux d’une autre ? Amoureux d’une autre et qu’elle ne l’avait pas remarqué ? Après tout, les belles femmes étaient nombreuses et il était tout naturel qu’il soit attiré par l’une d’entre elle. Arriverait-elle à le supporter s’il devait s’afficher avec celle pour qui son cœur battait ? Devrait-elle quitter le théâtre ? Plus que jamais, Anna se sentit prisonnière d’une tragédie antique comme celles qu’elle avait lues étant plus jeune. Son personnage, quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise était condamnée par avance. Après tout, il restait peut-être encore quelque chose à dire... D’une voix douce, qu’elle ne contrôlait pas, réprimant ses larmes, elle expliqua :


- Je m’en fiche que tu sois soi-disant fait pour telle ou telle genre de femme. Comment peux-tu seulement savoir que tu n’es pas fait pour moi ? Moi je suis sûre que d’une seule chose : je suis faite pour toi et pour aucun autre.

Elle continua en se levant à son tour et en supportant le regard de son amour :

- Sache seulement que ce n’est pas un vulgaire amour d’adolescente, qui finira dans à peine une semaine pour flasher sur une autre homme inaccessible.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Lun 31 Déc - 20:08

L'espace d'une seconde, Jacob désira plus que tout, plus même que le retour de sa bien aimée soeur cadette, plus encore que tout l'or du monde, plus que les cognacs à volonté, plus même que la vie éternelle, il désira rétrécir. Devenir petit, tout petit pour s'enfuir à toute jambe dans le trou de souris le plus près, il ne voulait que fuir, ne plus jamais croiser le regard d'Anna, ne plus jamais lui parler, ne plus jamais entendre le son de sa voix claire, ne plus jamais observer ses cheveux soyeux, ne plus jamais nager dans l'océan de ses yeux, ne plus jamais sentir son doux parfum..

Mais bon dieu pourquoi ? Pourquoi Jake était-il ainsi ? Lui réputé pour ses conquètes qui se comptait par centaines, lui, Jacob Clayton ne savait pas quoi faire avec une gamine de vingt ans qui lui disait qu'elle l'aimait passionnément depuis tout ce temps ? Lui ne savait donc pas quoi faire, préférait fuir une femme qui l'aimait ? C'était à perdre la raison ! Pourquoi diable fuirait-il ? Non non non et non ! Il allait réglé l'affaire tel un gentleman !

"Moi je suis sûre que d’une seule chose : je suis faite pour toi et pour aucun autre."

La voix emplit de larmes de sa douce Miss Ferderson suffit pour faire envoler toute les bonnes résolutions du metteur en scène. Non, il ne pouvait pas, il ne voulait plus la regarder, plus lui parler, plus jamais ! Elle qui l'avait fait faillir, comment, pourquoi avait-elle un telle emprise sur lui ?

Jake était toujours entrain de faire les cent pas, observant du coin de l'oeil les pieds d'Anna qui retombait sur le sol, elle descendait de l'estrade. Il fallait deviner son expression car Jacob refusait toujours de la regarder dans les yeux, il ne pouvait plus le faire, pas après ce qu'elle venait de lui dire.

Ooh, comment avait-il pu être aussi aveugle ? Il se souvenait parfaitement des jolies donzelles qu'il ramenait régulièrement. Et devant les yeux clairs d'Anna il leur chuchotait à l'oreille des mots doux, il leur prenait la main, il leur volait même quelques baisers. Elles gloussaient à chacune des paroles de leur beau metteur en scène, et tous cela devant les yeux innocents d'Anna.. Diable comment avait-il pu lui faire ça ?

Soudain, Jake se stoppa dans sa marche infernale. Il souffla et bon coup et se retourna vers Anna, qu'il dépassait d'une tête. Il s'approcha lentement d'un pas, l'observant sans pouvoir la quitter désormais. Se collant à elle sans être complètement maitre de ses gestes. Tout deux échangeant le même air chaud, Jake finis par abaisser la tête, laissant ses lèvres brulantes frôler celle de mademoiselle Ferderson sans pour autant les toucher. Et puis, fermant rageusement les yeux, s'insultant intérieurement de tout les noms pour oser faire cela, il finit tout de même pas susurer, presque à contre coeur :

"Je vais te faire souffrir Anna.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Mer 2 Jan - 3:49

Anna Ferderson sentit sa vue se brouiller, tout devint flou quand les larmes emplirent ses yeux bleus, qui passèrent de l’azur du ciel au gris orage. Elle s’en voulait de ces perles qui menaçaient à chaque instant de glisser le long de ses cils puis de ses joues pâles. Elle souhaitait tellement se montrer forte, montrer à Jake que tout ce qu’il pourrait lui dire ne l’atteindrait pas. Être comme une icône glacée, insensible pour tenter de prémunir de toutes les souffrances qu’on pourrait lui causer. Après tout, elle avait réussi, comble du talent, à supporter tant de temps les conquêtes de son amour, les regards amoureux qu’ils échangeaient, ces femmes, belles et assurées, plus âgées qu’elle. Plus jolies. Plus éclatantes. Mais Anna en était sûre. Pas plus amoureuses. La jeune femme montait tous les jours sur scène, sous Son regard, sous Son jugement, le cœur battant à s’en briser, en tentant désespérément de ne rien montrer. Mais aujourd’hui c’était trop tard, elle l’avait dit. Et aucune de ses paroles ne pourrait jamais s’effacer.

Anna se perdait dans ses pensées, toutes plus confuses les unes que les autres. Elle était étonnée que son esprit puisse encore s’abandonner à la réflexion dans un tel moment. Elle aurait préféré rester vide, sans émotion. Comme une coquille, puis faire le dos, laisser l’orage passer, et partir. Mais non, elle était bel et bien vivante, et des flots de sentiments tous contradictoires prenaient possession d’elle et l’agitaient. Devant elle, tel un homme en furie, Jake faisait les cent pas, paraissant troublé.

C’était à cela que se raccrochait Anna. Il hésitait. Il n’avait pas dit non. Il n’avait dit non. Cette litanie prenait le pas sur tous ses raisonnements intimes. Elle tentait de se rassurer. Peut-être se demandait-il comment lui annoncer que décidément il ne voulait pas rester une minute de plus avec elle, et qu’il valait mieux qu’elle parte à jamais du Shakespeare pour reprendre son ancienne vie de bohème. Mais en tout cas, il ne voulait pas lui faire du mal. La preuve qu’il tenait à elle, non ? La jeune femme se rendit brusquement compte qu’elle pleurait silencieusement en voyant une goutte d’eau s’écraser sur sa main.

Il s’approcha. Le souffle court, Anna attendit. Quoi ? Un signe, un geste ? Plus ? Dans la confusion où elle était, elle ne savait même plus ce qu’elle souhaitait le plus. Elle devinait, sentait ses lèvres près de sa peau, près de sa propre bouche. Une mèche de ses cheveux bas glissa sur la joue de la jeune femme, lui arrachant un bref frisson.

Il ne l’embrassa pas.

Il s’éloigna.

Brisée. C’était sans doute le mot qui convenait le plus dans cette circonstance. La colère déferla sur Anna. Que voulait-il ? Cette rage subite lui remit les idées en place. Fini les hésitations. Fini ces larmes enfantines et ce désespoir ridicule. Les yeux soudainement secs, plus décidée que jamais, Anna se hâta, avant de renoncer, de passer ses longs bras autour du cou du metteur en scène. Certaine qu’elle le regretterait un jour, elle déposa sur les lèvres de celui-ci à la fois le plus doux et le plus ferme baiser du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Clayton
Charmant Baratineur
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 26
Localisation : Shakespear Theater, enfin si vous trouvez pas essayez donc le bar
Citation : Méfiez vous des appararence, les gens ne disent pas se qu'ils pensent...
Date d'inscription : 11/10/2007

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Metteur en scène
[État/Humeur]: Vexé et Prétencieux
[Coté coeur?]: Parce que vous croyez au relation sérieuse vous ?

MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   Mer 2 Jan - 14:35

Etait-ce un crime de ne rien faire à ce moment précis, d'approfondir ce baiser d'une jeune femme qui l'aimait tendrement depuis des lustres ? De ne pas la repousser comme il aurait du faire, de se contenter d'entourer ses joues de ses mains fortes, de fermer les yeux et de se laisser emporter par ce moment, par cet instant, sans lui dire d'arrêter, sans lui dire de partir, sans partir lui même, sans lui souhaiter bonne chance pour la suite mais adieu ? Ooh bonjour la manière gentleman que Jake s'était résolu à entreprendre pour régler cette histoire ! Il était là à embrasser une de ses actrices fétiche, dans l'immense théâtre, comme un spectacle permanant. Etait-ce une pièce de théâtre ? De la pure comédie ?

Enfin leurs visages se séparèrent, leur baiser enflammé qui semblait avoir durer une éternité, mais passé trop vite pour Monsieur le metteur en scène se termina, Jake s'insultait toujours autant lui même, quel imbécile pourquoi faisait-il ça ? La pauvre Anna qui était si jeune amoureuse du pire coureur de jupons des environs, Ooh c'était bien le sujet d'une belle pièce de théâtre ça. Jacob Clayton, coureur réputé, et Anna Ferderson gentille fille follement éprise de lui.. La pauvre pourquoi elle ?

Cela aurait pu être n'importe qui d'autre, mais non c'était elle, elle et son regard océan, Jake restait là, à tenir entre ses mains le visage de cette dernière, sans s'en apercevoir. Lorsque enfin il reprit du mouvement, il se hâta de la lacher, de reculer d'un pas et de réfléchir. Aarg ! Pourquoi était-il si.. stupide ! La veille à peine il faisait des sous entendus à une parfaite inconnue, du rentre dedans même et le voilà, face à une jolie fille qui l'aimait vraiment cette fois.. C'était..

"Etrange.."

Le metteur en scène avait murmuré cela sans s'en rendre compte. Et puis il retrouva le sourire, son sourire habituelle, hautain et moqueur. Il émit un petit rire, se passa la main sur le visage. Il se sentait vidé de toute terreur, après tout pourquoi se torturé l'esprit, c'était arrivé et c'était tout.

Jacob prit alors le poignet d'Anna, et l'attira fermement contre lui caressant deux minutes ses joues toujours dépourvu de larmes, il sourit d'avantage.

"Tu vois que t'es pas une gamine Mademoiselle."

Jake l'observa un instant, et l'embrassa derechef, et bah, c'était pas si dur que ça enfaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première lecture en solitaire (?) [Rés. Jacob Clayton]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» INQUIETUDE DE B. OBAMA A JACOB ZUMA POUR LE RETOUR D'ARISTIDE AVANT LE 20 MARS
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
: O n S t a g e : :: Hors-Sujets :: Archives-
Sauter vers: