on stage
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Jeu 24 Avr - 5:39

Ophelia dévalait la rue à toute vitesse, déambulant à travers les piétons qui lui lançaient des injures alors qu'elle s'en fichait bien. Si elle continuait de la sorte, elle allait perdre son job, la vie d'Ophélia tournait maintenant autour du temps, jamais auparavant elle ne se souciait de l'heure qu'il était. Au contraire, il y a quelques mois, la jeune femme passait ses journées enfermées dans l'appartement d'Evan ou dans des bars de Londres à chanter au côté de cet être bien aimé. Désormais, Ophélia la jouait plutôt nomade, tentant le plus possible de se promener partout et de voir ce que la vie lui réservait. Le décès de Green en était pour beaucoup.

Lorsqu'elle poussa les immenses portes de bois, elle s'imaginait déjà le regard déçu de Ben en la voyant, une fois de plus, arriver en retard. Cet homme était beaucoup trop indulgeant pour Ophélia mais après tout, c'était un fille très attachante, n'est-ce pas? S'éclipsant dans la section dédiée aux employés, la serveuse enfila un affreux tablier puis noua ses indomptables cheveux blonds.


- De 20 minutes Mlle Fox!!

La voix d'O'Neil résonna derrière elle tel un vent de repproche. Il avait les bras bien croisé sur sa poitrine et la jeune femme se glissa derrière lui, fuyant le regard inquisiteur de son patron. Le Baroque servait de délectables déjeuner, c'est d'un soupir un peu affolé qu'Ophélia entreprit de prendre les commandes de ces gens affamés. La salle était bondée de voyageurs et d'habitués qui semblaient tous très sourire. De vrais sourires, ceux de gens heureux, prêts à dévorer une assiette pleine d'oeufs, de lard et de pommes de terre. Du coin de l'oeil, Fox apperçue ce viellard de la table 9. Tout les matins, les après-midi et les soirs, Ophélia servait le viel homme qui chaque fois, la priait de chanter deux ou trois couplet. C'est de son verre de bière qui l'appela à sa table, rigolant, la serveuse s'approcha avec son cabaret.

- Que puis-je pour vous mon cher monsieur?

- Je t'en pris! Ne m'apelle plus monsieur... je m'en sens encore plus vieux!!

L'homma grimaça avant de reprendre.

- Aujourd'hui, j'aimerais... oui tu sais, cette chanson des années 70! De ..euh.. Nicks..Steve... Stevie Nicks!!!

Ophélia éclata de rire, ce vieux avait une mémoire sensationnel. Le choix fut difficile puisque Fleetwood Mac détenait une panoplie de francs succès... Suivant l'inspiration du moment, la jeune femme entreprit les premières phrases de cette sublime composition qu'étai celle de Landslide....

<<I took my love and I took it down
Climbed a mountain and turned around
And I saw my reflection in the snow-covered hills
'til the landslide brought it down>>


L'homme lui tenait la main alors qu'Ophélia finissait le couplet avant de se remettre au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Ven 25 Avr - 21:34

Une chose de dingue et remarquable chez Paolo était que où qu’il se trouve, il tombait toujours sur quelqu’un qu’il connaissait. Il était dans une banlieue paumé et misérable de Bornéo ? Il rencontrait une jeune femme qui avait déjà partagé sa couche durant un séjour précédent. Il vagabondait entre les dunes de l’Ethiopie ? Il tombait sur un camp géré par un ami qui s’était reconverti dans l’humanitaire. Il zonait dans le marécage du Pantanal ? Son cheval hennissait à la vue de la jument montée par un mannequin avec qui il avait partagé une soirée mémorable à L.A. Et il errait dans les rues quasi désertes de cette petite ville proche de Londres, BAM, il tombait sur un vieil ami d’un des trop nombreux conservatoires fréquentés. Au détour d’une ruelle sans nom, il percuta Joe. S’engagea alors une discussion joyeuse d’étonnement de se voir l’un l’autre.

« Qu’est ce que tu fais là ? » « T’étais pas sensé être à New York ? » « Ca fait un bout de temps. » « Qu’est ce que tu deviens ? »

Au bout d’un moment, le jeune italien en avait assez de se geler les fesses par ici.

« Ca te dit pas de causer de ça au chaud autour d’une bonne bière ? » le coupa-t-il.

Il ne se formalisait pas de blesser l’ego des autres. Ce qui comptait avant toute chose, c’était lui et le reste, rien à faire en gros. John lança le nom du Baroque situé pas très loin. Une sorte de resto-bar tranquille et convivial. Il était tôt et il avait d’un bon fish and chips. Ca lui avait manquer pendant ces deux ans et son baroudage aux quatre coins du monde.

Ils pénétrèrent ensemble dans l’établissement et le jeune italien sourit en retrouvant des sensations tout droit sorties des brumes de son enfance. Il avait l’impression de se retrouver des années en arrière au temps plein de son adolescence. Un environnement, des odeurs, des sons. Rien ne changeait vraiment. Un pub anglais moins qu’autre chose.

Il abandonna Joe quelques instants, un besoin pressant à combler. Lorsqu’il revint dans la salle, il remarqua une jeune femme dont la silhouette titillait sa mémoire. Il ne mit que quelques secondes avant de la replacer. Son oreille totalement indiscrète l’écouta chanter pour un client. Elle avait un joli filet de voix. Bon, elle n’était pas non plus la nouvelle Bareilles ou Morissette mais c’était assez agréable. Et il fallait bien avouer qu’il était extrêmement critique et peu de choses musicales ne parvenaient à séduire son oreille impertinente.

En douceur et sans un bruit, il se rapprocha de la jeune femme et lorsqu’elle eut terminé de chanter, il lui murmura dans le creux de l’oreille, amusé :


« Maintenant, il faut arrêter de me suivre. »

Lorsqu’elle se retourna vers lui, il poursuivit, un sourire en coin :

« Je vais devoir faire appel à la police pour harcèlement sinon… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Sam 26 Avr - 0:39

La main toujours posée dans celle du vieillard, Ophélia eu peine à s'en défaire alors que ce dernier resserait son étreintre. La moiteur des mains de l'homme permit enfin à la serveuse de glisser ses doigts et de lui arracher un petit air dégoûté. C'est alors qu'elle essuyait ses mains sur le tablier jaunâtre que cette voix entendue plus tôt ce matin même, vînt souffler au creux de son oreille.

L'instant de quelques secondes, Ophélia se mit à croire à une hallucination. Oui bon, Paolo l'avait bel et bien marqué mais, comment aurait-il fait pour trouver l'endroit si tôt, sinon l'avoir suivit? D'autant plus qu'il l'accusait elle de l'avoir talonné.... mais la seconde réplique eu tôt fait de chasser ces questions inutiles. Il était là, devant elle et ça l'amusait, point final.
Le visage de la jeune femme aborda un allure très sérieux alors que son regard affichait une pointe de malice.


- Vous devriez y songer sérieusement! J'avais des plans, imaginez si j'arrivais à vous poursuivre jusqu'à votre demeure? Qui sait, les femmes de Riverfall sont sans doute très maléfique.

Fox haussa les sourcils avant de se rendre à la table derrière Paolo en faisant très attention pour lui frôler le bras. Prenant la commande très distraitement, une pointe de sourire sur les lèvres, Ophélia se retourna ensuite vers l'étranger et posant ses mains sur son épaule, ou elle y plaça son menton, murmura d'une voix allumée...

- Ça vous ennuis autant que je sois à vos trousses?

Lui décrochant un regard provocateur, Ophélia se défila jusqu'a comptoir où elle entreprit de prendre un immense cabaret.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Mar 29 Avr - 19:35

C’était loin d’être inhabituel pour Paolo. Il croisait tous les jours des connaissances. Il tombait sur elles dans les endroits les plus improbables, les probables n’étant guère en reste sur ce point non plus. Et dire que c’était désagréable était un mensonge qui ne s’appliquait que lorsque la fille, ou le garçon, lui faisait une scène. ‘Bouh tu m’as jamais rappelé…’ S’il devait le faire à chaque fois, il ne décollerait plus l’oreille de son téléphone portable et ça ne l’inspirait pas véritablement.

Mais là, c’était plutôt amusant en effet. Il ne remarqua qu’à cet instant en regardant par-dessus l’épaule de la damoiselle le logo du restaurant. En effet, c’était celui qu’elle avait dessiné sur la terre du chemin. Quel heureux hasard. Il ne connaissait pas encore assez la ville – difficile quand on était là seulement depuis la veille – et c’était un peu comme si le destin s’en était mêlé. Comme s’il l’avait fait rencontré son ami à cet endroit précis. Comme s’il avait joué les alchimistes dans la météo et leurs estomacs. Ca pourrait marcher si seulement le bel italien croyait au destin. Mais voilà, il n’y croyait pas du tout. Dommage.


« Je le savais. C’est la petite étincelle dans vos yeux qui vous trahi. » plaisanta-t-il à moitié en lui faisant un clin d’œil accompagné d’une moue dubitative.

Il fourra les mains dans les poches de son pantalon et la suivi nonchalamment jusqu’au comptoir, un léger sourire en coin après son geste. Ca l’amusait véritablement. Il voyait clair dans son jeu. C’était un truc vieux comme le monde mais elle était … rafraîchissante. Jeune, presque innocente malgré les airs qu’elle se donnait, douce. Ca lui plaisait.


« Moi, non. Mais peut être ma femme. »

Il s’humecta la lèvre inférieure et planta son regard dans le sien, attendant sa réaction. C’était son jeu favori : attiser le feu pour jeter un bac de glaçons par-dessus avant de le provoquer à nouveau. Qui avait dit que souffler le chaud et le froid était vain ? Mais il n'avait pas totalement tort dans ses propos. Il ne savait que trop bien que Rafael n'aimait pas particulièrement le voir avec un ou une autre. Pourquoi? Ils n'étaient pas ... un couple. Amitié possessive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Jeu 1 Mai - 3:04

« Moi, non. Mais peut être ma femme. »

Sans sciller, les yeux captivés par le regard animer de l'homme, Ophélia posa sa main libre dans le creux de sa hanche. De ses jambes infiniments longues, la demoiselle alla déposer les boissons à quelques tables sans pour autant se défaire de Paolo. Qu'il soit marier ou non, hétérosexuel ou pas, la jeune femme n'en avait que faire, cet être la captivait déjà. Bien que quelques heures plus tôt, l'existence de Paolo Di Alema importait peu à Fox, il avait sut éveiller en elle ce vieux sentiment de pure insouciance. Ophélia le voulait dans sa vie, peu lui important de qu'elle façon mais cette intéruption dans son ultime routine lui plaisait énormément en ces temps de calme intarissable.

Revenant tranquillement sur ses pas, les bottes de cuirs claquant contre le plancher de bois, Ophélia s'avança jusqu'au comptoir où elle y déposa le cabaret. D'un air un peu espiègle et d'une voix exultant l'obstination, la jolie anglaise reprit la parole.


- Alors c'est bien triste pour elle mais je suis très résolue à vous pourchassez jusqu'à ce que vos armes soient tombées. S'il le faut, je l'affronterai!

Haussant les épaules et déposant les coudes contre le bar, elle reprit, tout autant amusée...

- D'autant plus que j'étais ici avant vous! Qui me dit que vous n'essayez pas, vous aussi, de me traquer?

Dirrigeant son regard vers lui, elle grimaça délicatement avant de sourire et d'attraper un plat de poulet rôti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Mer 7 Mai - 16:55

Paolo observait tranquillement de son regard chocolat la demoiselle. Il attendait patiemment sa réaction. La plupart du temps, celle à qui il le révélait se gelait sur place l’espace de quelques secondes avant de se reprendre, prenant le parti de faire comme si rien n’était. Après tout, elle n’avait pas de vues sur lui. C’était juste pour plaisanter. L’italien n’était pas cruel mais cette gêne, cette impression d’être ridicule lui plaisait. Une fois de plus, ça lui permettait d’être maître de la situation, d’avoir toutes les rênes en main. Mais de temps en temps, sa ‘victime’ ne sourcillait même pas. Ce genre de comportement l’inclinait à penser qu’il se retrouvait devant une personne de peu de morale, prête à tout pour parvenir à ses fins. Voire, ça les dopait, les encourageant à aller plus loin, à intensifier ce qu’ils avaient à peine commencer dans la perspective d’une concurrence des plus intenses. Comment lutter contre la femme à qui il avait prêté serment de fidélité ? Il y avait là une espèce de jouissance dans le fait de briser les interdits. Et ça aussi ça lui plaisait. On l’avait compris : Paolo n’était pas le genre de personne à se formaliser de limite.

Et visiblement, la belle Ophélia semblait entrer dans la seconde catégorie. Le jeune homme rit doucement en secouant la tête et jeta un coup d’œil à son ami qui s’impatientait un tant soit peu. D’un regard, il lui fit comprendre la situation et lui fit signe qu’il le rappellerait. Chose – est-il besoin de le préciser ? – qu’il ne fera bien évidemment jamais. Reportant son attention sur l’interlocutrice, il entra dans son jeu et d’un air désolé, répondit :


« Alors, non seulement, vous voulez que je lui fasse des infidélité mais en plus vous voulez la tuer ? Elle ne mérite pas tant de haine. »

Il se mordilla la lèvre inférieure en conservant le contact visuel avec la serveuse. La seule femme qui l’ait jamais quitté, la seule qu’il ne pouvait laisser tomber et inversement, la seule qu’il aimerait jusqu’à son dernier souffle : pouvait-elle rivaliser avec ? Il ne se trouvait complet qu’avec elle : la folie. Il attrapa un petit bout de blanc de poulet dans l’assiette qu’elle tenait et l’avala sans qu’elle ait eu le temps d’intervenir.

« Qu’est ce qui vous le dit ? Moi. »

Il lui fit un clin d’œil. Ce n’était pas son genre de traquer les personnes qu’il avait éventuellement envie de mettre dans son lit. En général et pour être parfaitement honnête, c’était l’inverse.

« Et qui vous dit que vous pourriez faire tomber mes armes ? » demanda-t-il, plaisantant à moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   Mar 13 Mai - 0:48

En tant qu'enfant triplement gâtée par de faux parents qui l'aimaient à en vendre leurs âmes, Ophélia avait toujours eut ce désir d'obtenir tout, tout de suite. La tournure de cette rencontre prenait des allures que la jeune femme se surprenait à apprécier. Il y avait longtemps que ce côté d'elle même avait osé pointer son nez, ces temps-ci, la discretion lui semblait de mise partout ou elle mettait les pieds. Bien que la curiosité démangeait constament l'esprit houleux de la jolie anglaise, cette dernière détenait une certaine sagesse et autant pouvait elle agir en humaine capricieuse, autant Ophélia pouvait s'avérer douce et charmante.
Quelque chose du bel italien lui donnait ce sublime goût de jouer et contre rien au monde son être tourmenté n'échangerait ce sentiment indomptable.

La tuer? Fox échappa un rire amusée et tout en prenant son air le plus faussement innofensif, fit tournoyer quelques mèches entre ses doigts.


- Mais voyon mon cher! Je ne ferais pas de mal à une mouche.. du moins, pas directement.

Ophélia enregistra ce regard une bonne fois pour toute. Se prenant à l'imaginer la dévorant de ces yeux si éperduments beaux lui fit monter le rouge aux joues. Depuis quand s'autorisait-elle à laissez libre cour à son imagination de la sorte....? Bref, notant la main de Paolo se glisser dans l'assiette, la serveuse lui tapota les doigts avant de servir une femme qui devait avoir dans la trentaine. Une grande rousse qui lui faisait amèrement penser à sa mère biologique. Dissimulant un certain embarras, la jeune femme fit aller ses grandes jambes jusqu'au comptoir.

- Et vous êtes un homme de parole?

Arquant son sourcil au clin d'oeil de Paolo, Ophélia se rapprocha de façon assez méthodique, question de ne pas gêner, simplement pour respirer un peu plus l'odeur de l'italien très sur de lui. Voilà donc ce qu'elle appréciait chez lui, cette arrogance teintée de douceur.

- Ce qui me dit que je pourrais faire tomber vos armes? ... Hmmm

Réfléchissant un petit moment, Ophélia reprit.

- Puisque vous êtes un homme de parole! Et qu'il y a de celà quelques heures à peine, vous avez déposé votre coeur à mes pieds. Il ne me reste plus que la raison et votre corps à charmer! Une fois le coeur museler, le reste est beaucoup plus facile à gagner... non?

Son regard s'anima alors qu'un sourire se dessina, à nouveau, sur ses lèvres rosées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: '''til the landslide brought it down'' [Paolo?]   

Revenir en haut Aller en bas
 
'''til the landslide brought it down'' [Paolo?]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Until the landslide brought us down || Drago&Sephy
» Combat de Paolo de Selena contre Cassios
» Tournoi des V1: Christophe du Lynx (xxx) // Paolo de la Charite Aglaïa (Selena)
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
: O n S t a g e : :: RiverFall : La ville :: Le Baroque-
Sauter vers: