on stage
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prologue

Aller en bas 
AuteurMessage
Maria Evans
Intense Comedy for True Beauty
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 18/04/2008

Humeurs Théatrâles
[Rôle]: Maria Evans ;)
[État/Humeur]: Incrédule?
[Coté coeur?]: Mes Chaussures!

MessageSujet: Prologue   Mer 23 Avr - 13:15

Hush! Just! Stop! ...
There's nothing you can do or say!
I've had enough! ...
I'm not your proprety as from today!

You might think that I won't make it
On my own
But now I'm...


"STRONGER THAN YESTERDAY!"
La stéréo marchait à fond et les fenêtre du salon étaient grandes ouvertes. La brise du matin s'infiltrait délicieusement dans la pièce, accompagnant dans une danse éffrénée les fins rideaux de tulle déployés vers l'intérieur. Le quartier était réputé pour calme mais quand la demoiselle de la River Street écoutait sa musique, on pouvait être sûr que les matinées risquaient d'être tout sauf tranquilles! Ainsi, debout sur son canapé à l'ancienne, en petite tenue trash et les cheveux piqués de tous côtés, plaqués la veille par un gel très discret, Maria Evans acceuillait la journée avec un rock endiablé.

Elle dansait, sautait, riait de ses enfantillages en brandissant une petite cuillère en guise de micro. Et même si elle chantait comme une casserole, elle n'en dégageait pas moins une aura de franche bonne humeur.
Pour elle, le matin devait être célébré comme autrefois: par des chants - voir même des cris! - et des danses. Sa philosophie? "Toujours secouer le matin pour que les fruits de la journées ne manquent pas"! Aussi, la jeune femme continuait de se trémousser sur certes, une horrible chanson de Brythney Spears mais qui, remixée en bon rock, lui donnait toute la pêche dont elle avait besoin. Rock your Body, Shake your Soul!

Malheureusement pour elle, elle fut dérangée dans son élan par un coup de téléphone stridant. Sachant bien qu'elle allait faire exploser ses enseintes, elle avait programmé la sonnerie la plus aiguë et le plus désagréable pour ne louper aucun appel. Sautant du canapé, elle courrut dans sa cuisine - américaine s'il vous plait - et décrocha à la hâte tout en réduisant le son de la musique à l'aide d'une minuscule télécommande couleur rose flashy.

"Maria Evans?" fit-elle en guise de "Allô" tout en remettant de l'odre dans ses cheveux. Un grésillement de l'appareil lui fit comprendre qu'elle n'allait pas tarder à devoir s'occuper de la facture qui commençait à s'alourdir...mais qu'il lui était impossible de règler toute seule. Dieu qu'elle était fauchée! "Ambre? Ah! C'est toi? ... Ouais ... Quoi?! ... Quand ça? ... Mais t'es déjà là? ... Bon! Ecoute, je file m'habiller et j'arrive. Dans une demi-heure en face? ... Ok! Ciao!"

Elle ne prit même pas le temps de reposer le téléphone dans sa prise mais le laissa sur le bord du comptoire. Au pire des cas, le téléphone fixe de sa chambre prendrait les appels si celui-ci était déchargé. Elle avait bien d'autres chats à fouetter pour le moment!
Ambre Roberts, sa partenaire de scène au Shakespeare Theater, venait de lui annoncer une nouvelle qui la mettait sans dessus-dessous. Bien que d'une naturel plutôt calme, Maria se sentait trembler d'excitation.
Un nouveau metteur en scène au théâtre! Enfin!

La jeune femme se rua au premier étage et ouvrit en grand la porte de sa chambre; elle se précipita vers son énorme armoire et en sortir un panta court blanc, une chemisette bustier carrée bleue et blanche aux minuscules motifs floraux noirs et des sandalettes bleues. Enfilant le tout à la hâte, elle passa dans sa salle de bain; un rapide coup d'oeuil au miroir, elle passa un foulard bleu et blanc dans sa tignasse. Le visage dégagé mais les cheveux laissés à l'air libre, elle passa un coup léger de mascara noir sur ses cils, rendant ses yeux plus grands encore qu'à l'habitude et appliqua un leger gloss rosé sur ses lèvres charnues. Après un dernier coup d'oeuil, elle dévalla les escaliers.

Maria attrapa à la volée sa veste de jean, un petit sac blanc où elle casa portable, lunettes de soleil et porte-monnaie et, attrapant ses clés laissées sur la table basse, elle quitta son logis. Il lui restait exactement dix minutes pour arriver au Shakespeare: elle habitait juste en face!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Prologue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LOI] Lois héraldiques royales : prologue
» Prologue
» Prologue du film 16 Pokémon L'éveil de Mewtwo
» Prologue d'une étrange histoire.
» L'Épilogue du Prologue [One-Shot]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
: O n S t a g e : :: Secteurs Résidentiels :: Maisons :: Maria Evans [et cie...]-
Sauter vers: